Black, un hommage.

colin-vearncombe-1140px

Le chanteur Colin Vearncombe, qui a tracé sa carrière sous le nom de Black, est décédé ce 26 janvier suite à un accident de voiture. Il avait signé de magnifiques chansons, dont la plus connue est Wonderful Life, devenue un standard.

En 2004, je l’avais interviewé pour mon livre Les Années Top. Je reproduis ici cette interview, en guise d’hommage.

Pour commencer, comment définirais-tu au mieux Black ? Un projet qui incarne tes créations ? Un groupe évolutif dans lequel tu es le membre central ? Qu’est Black pour toi ?

Black est le laboratoire de mon âme.

 

« Wonderful Life » a été un gros tube en France, numéro 2 du TOP 50 pendant 5 semaines au printemps 1988, 13 semaines de présence dans le top 10, et devenant un standard radio incontournable. Au final, la chanson a remporté plus de succès en France qu’au Royaume-Uni, où elle n’a pas dépassé la 8e place. Quel effet ça t’a fait à l’époque de remporter plus de succès à l’étranger que chez toi ?

J’étais content. La célébrité ne m’intéresse pas du tout et devenir célèbre dans un autre pays [que chez soi] me donnait au moins la capacité de passer à autre chose, une fois que le boulot était fait et qu’il était temps de rentrer chez moi. Etre célèbre au Royaume-Uni était agaçant, au moment où ça s’est produit ; je n’aime vraiment pas la façon qu’ont les gens de se comporter avec des personnes célèbres. Tout le monde semble vouloir (sans réelle raison) ou bien vous embrasser le cul ou bien donner un gros coup de pied dedans. Autant me donner l’argent directement : beaucoup plus simple et plus utile !

 

Pour le public français, vous restez l’homme d’un unique tube, des chansons comme « The Sweetest Smile », « Paradise » ou « Everything Is Coming Up Roses »… n’ont pas eu le même succès que « Wonderful Life ». En repensant à l’album « Wonderful Life », penses-tu que la chanson titre était la meilleure chanson de l’album, ou bien es-tu surpris qu’elle ait bien fonctionné alors que d’autres chansons le méritaient plus ?

« Wonderful Life » est la chanson que j’ai écrite qui a eu le plus gros succès. Je ne me préoccupe pas d’analyser cela plus loin.

 

Le public français continue à entendre ta chanson, presque 15 ans après sa création. « Wonderful Life » est devenue un standard sur les radios adultes ; de plus, une campagne publicitaire l’utilise comme bande-son ; et enfin, Lara Fabian, dans son dernier album anglophone non seulement la reprend mais aussi en fait la chanson titre de l’album. Que ressens-tu quand on reprend tes chansons ? Le prends-tu comme une seconde naissance ? Ou comme si quelqu’un t’avait volé tes propres enfants ?

Je suis toujours content que d’autres artistes se retrouvent suffisamment dans l’une de mes chansons pour vouloir la reprendre. La version faite par un groupe allemand de rock gothique reste néanmoins une énorme surprise… !

 

As-tu déjà écouté la version de Lara Fabian ? Et qu’en as-tu pensé quand elle t’a contacté ?

Je n’ai pas écouté sa version. Elle ne m’a pas contacté (elle n’a pas d’obligation légale à le faire sauf si elle change les paroles). Si sa démarche est sincère, je lui souhaite tout le meilleur.

 

Quels sont tes projets actuels et futurs ? Et comment le public français peut-il se tenir au courant de tes nouveautés et de tes concerts ?

J’en suis actuellement à 70% d’un nouvel album Black (eh oui ! un nouvel album de Black !), que j’ai initié en avril à Johannesburg. Ça promet d’être magique et un vrai pas en avant pour moi.

Ceux qui s’intéressent à ce que je fais doivent garder un œil sur www.colinvearncombe.com et même s’inscrire sur la « Black list » s’ils veulent être informés des tournées et des dates de concerts. Je sais que je n’ai plus fait de concerts en France depuis 1989, mais ce n’est pas de mon fait. J’essaie actuellement d’avoir des agents dans plusieurs pays d’Europe continentale dans le but d’y faire plusieurs concerts. Je joue, je chante et j’écris mieux que je ne l’ai jamais fait. Et j’ai envie de le partager !

 

Propos recueillis le 30 juin 2004

 

 

Be the first to comment on "Black, un hommage."

Leave a comment

Your email address will not be published.


*